De superbes vacances en Lorraine

Publié le par Katia

Et oui c'est possible, donc nous sommes partis un peu moins d'une semaine chez mes grands-parents.
Ils habitent un petit appartemmennt, mais là-bas tous les apparts sont identiques, par petites maisons à un étage où logent 4 famille, ce sont les habitations des mineurs, des années 50.

Ma grand-mère, il faut le savoir, déjà n'aime pas les chiens, et encore moins s'ils vivent à la maison. Mais quand je lui ai demandé si je pouvais emmener Ambrouille, a juste titre elle m'a répondu, de toute façon ai-je le choix?...
Puis elle a rajouté ta mère m'a dit qu'elle n'était pas comme la sienne (Pleïa: cairn terrier), qu'elle ne montait pas sur les canapés.

Donc nous voilà partis à 8h00 du matin en ce mardi 22 juillet 2008.
Après une longue route, vraiment très longue ,  nous arrivons au pied de "l'immeuble", Ambrouille a été extrèmement sage durant tout le trajet, et elle nous aurait bien vendu sur l'aire de repos où nous avions pique-niqué quelques heures plus tôt pour un petit quelque chose à manger, la malheureuse.

Il est environ 17h et mon grand père est déjà parti nourrir les bêtes à la baraque, nous disons à ma grand-mère que nous allons l'y rejoindre histoire de dégourdir les guibolles de la bête, la nôtre.
Nous y retrouvons mon grand-père en train de jardiner, puis nous nous éloignons un peu dans un champ, l'un des rares encore existant à ce jour, pour la faire jouer, Ambrouille rencontre une autre chienne et tout se passe plutôt bien.

Ensuite nous sommes rentrés à l'appart, et Ambrouille comme si elle savait à qui elle avait à faire, et sans doute aussi parce que ne se sentait pas encore chez elle, elle a passé tout son temps dans sa niche dans une des chambres, la seule à laquelle elle avait accès.
Puis nous sommes partis faire un tour cela devait être un petit tour, en réalité c'était un long tour bien sympa avec mon grand-père, les champs et fermes autrefois que j'avais connues on disparues pour laisser place à de superbes baraques (soit les gens ont du fric par là-bas, soit on ne sait vraiment pas si prendre nous, ou encore les maisons sont données là-bas...)
Et le petit n'a pas fait moins d'une heure trente, avec uun super détour par des bois, où Ambrouille a pu gambadé et rencontré un autre copain jack.
Bref Ambrouille a dû se dire "Le papi je l'aime bien, avec lui ce sont de vraies longues ballades".

Mercredi, je prends rdv avec mon oncle à Savernes, non loin du château, mon oncle est médecin, très pris, mais passionné par l'histoire, la géographie, les sciences et sa région, en bref, nous n'aurions pu trouver meilleur guide, nous lui avions donc demandé de nous emmener faire de belles randonnées où nous pouvions emmener la chienne.
Nous avons visité des ruines de châteaux magniiques, impressionnantes vers le Haut Barr.
Et des randonnées superbes au coeur des bois des vosges. Ambrouille s'est éclatée, très obéissante, elle a su profiter de la promenade sans avoir à être en laisse. Plusieurs kilomètres et pas une once de fatigue visible dans ses yeux.
Ah si ce jour-là nous avons trouvé une chose qu'Ambrouille n'aimait pas, alors qu'on faisait une pause goûter, mon oncle jette son trognon de pomme par dessus son épaule, mais c'était sans compter sur Ambrouille qui récupère le trognon, et lui jette un regard l'air de dire, mais ce que tu bouffes toi c'est déguelasse.

On s'est vraiment bien amusé. On a déjeuner à 16h, puis on est repartis faire un tour au bord d'un gigantesque étang, et là encore Ambrouille s'est amusée, sauf qu'il m'a fallu la rattacher à un moment trop peur qu'elle ne saute dans le vide.

Ambrouille était bien fatiguée de sa journée, mais prête à repartir tout de suite, c'est ça qui est merveilleux chez le jack russell, infatigable, 5 minutes dans la niche et c'est reparti.

Le jeudi, On va courir le matin car on sait dores et déjà qu'Ambrouille restera longtemps seule aujourd'hui, enfin pas seule, avec mes grands parents mais on l'a laissé dans sa niche (on ne sait jamais ce qui peut se passer dans la tête d'un chien et comme elle ne rechigne pas à aller dans sa niche...) donc nous nous ommes partis visité la Mine Carreau-Wendel, la reconstittion d'une mine, où aurait pu travailler mon grand-père, cela m'a donnée une iodée de la difficulté de son travail, c'était très intéressant, c'était un peu cher, mais par chance nous avons eu l'occasion de nous retrouver avec un groupe avec un guide, et un groupe qui contenait un ancien mineur qui a pu compléter les explications du guide. Bref super visite.
Par la suite nous accompagnons mon grand-père à la baraque, et une fois fini j'explique à mon grand-père (qui ne parle pas un mot de français, il est allemand) que nous souhaiterions promener un peu plus loin Ambrouille une fois encore, mon grand père n'a pas déroger à lui-même, il nous a emmené faire un très grand tour, encore plus d'une heure trente, et nous sommes arrivés à la tombée de la nuit, de quoi inquiéter un peu ma grand-mère.
Notons qu'Ambrouille a aidé en laisse a rassemblé les poules pour les rentrer dans le poulailler (même si elle n'avait qu'une envie les croquer...)

Le vendredi matin même chose, Christophe emmène Ambrouille courir, puis l'après-midi on laisse Ambrouille seule avec ma grand mère, pendant qu'avec mon grand-père nous avons fait un tour en Allemagne à Sarrebrück histoire d'aller y faire quelques petites courses, et cherhcer les bonnes affaires en fin de soldes, on est revenu les mains vides et le ventre plein, pour moi un gigantesque Bretzel, j'adore et Christophe une bonne part de gâteau, le truc c'est que dans la cafétéria où nous nous sommes arrêtés le sucre était payant, 50ct quelque soit la quantité...

Le samedi, on repart de bonne heure pour pouvoir escalader et randonner dans les Vosges. Mon cousin nous accompagne également, on fait de belles visites de chateaux, des ruines mais le chateau du Fleckenstein est encore en très bon état et grâce à la mise en scène, on imagine assez bien, ce qu'était la vie la haut, c'était vraiment très intéressant. Ambrouille m'a fait bien des frayeurs, tant elle s'approchait des ravins sans aucune crainte, et sans retenue. Moi, elle a finit par me donner mal au coeur et j'ai dû la rattacher, parce que dit-on : "les jacks n'ont peur de rien", alors moi j'ai pas voulu qu'elle tombe, glisse, ou se jette sur du gibier jusqu'à dévaler la montagne...
Mais dans l'ensemble Ambrouille a pu faire sa randonnée à son rythme, sans se soucier de quoi que ce soit, en appréciant les dénivelés des Vosges, et des châteaux visités, pour elle que du plaisir.
Evidemment, à chaque trajet en voiture, elle en a bien profité pour se reposer, et vu ses petites guibolles, elle le méritait bien.

Le dimanche, c'était notre dernier jour et mon grand-père tenait absolument à nous emmener au jardin franco-allemand, nous pas vraiment emballé de devoir encore faire de la voiture alors que le lendemain on n'y couperait pas. Alors j'explique à mon grand-père que l'on n'en a pas vraiment envie, mais il me dit que c'est lui qui conduirait, ce qui n'était pas vraiment plus rassurant étant donné notre dernière frayeur sur l'autoroute allemande en direction de Sarrebrück, on lui dit qu'on ira une prochaine fois, il me répond qu'il n'y en aura peut-être pas d'autres de prochaines fois, et c'est vrai qu'à 86 ans, mon grand-père fait déjà preuve d'une certaine résistance, et que l'on ne sait pas combien de temps, il restera encore parmi nous. Mais je lui ai dit qu'on commencerait par faire une sieste et qu'on verrait après.
La sieste finie, il était déjà tard, et Mamie tenait à ce qu'on goûte sa bonne tarte. Du coup par la suite il était trop tard, pour aller au jardin franco-allemand, et même trop tard pour aller dans la forêt de Théding.
Donc on a profité de nos derniers instants calmement.

Lundi matin départ pour chez nous, on prend l'autoroute via Paris, ça ne nous a pas couté plus cher, et ça nous a épargné presque 3 heures de route, alors on était bien content d'arriver, chez nous après cette semaine épuisante.
Ben oui parce qu'il faut le dire, ma grand-mère et moi sommes très bavardes et comme on ne se voit pas souvent ben il y en a des choses à dire, alors on discute jusqu'à pas d'heure le soir, et mes grands-parents comme toute personne âgée sont debout vers 6h30, donc on est levé aussi car comme ils sont un peu sourds aussi ben ils parlent fort, et comme on allait en randonnée toute la journée ben j'ai finit la semaine crevée, d'autant que mes grands-parents eux faisaient la sieste l'après-midi, alors que nous...
Mais quel plaisir tout de même, notons que mon grand-père ne voulait pas empêcher la chienne de dormir dans le petit salon (là où lui regarde la télé d'habitude très tard le soir, avec son casque) du coup pour nous endormir on avait le droit en plus aux chants tyroliens (entre autres) à fond la gamelle...

Non vraiment une excellente semaine, avec une chienne extraordinairement calme et posée, une crème, un exemple, elle devait vraiment le sentir. JE l'iame mon petit boudin.

Allez ici vous trouverez l'album photo de nos visites:
http://www.photoways.com/album/59054519

Publié dans Petites anecdotes

Commenter cet article