Ambrouille va me rendre cardiaque...

Publié le par Katia

De retour chez nous, les nuits d'Ambrouille sont plus calmes et sécurisantes.

Cet après-midi cependant, alors que j'étais aux toilettes, j'entends la chienne hurler. Pour moi, elle vient de se blesser en essayant de rouvrir sa niche. Christophe lui pense qu'Ambrouille s'est coincée le dos en se retournant dans sa niche.
Du coup l'un et l'autre, on ne s'est jamais levé aussi vite au secours du petit chien.

Mais à mon arrivée, rien, pas de patte de coincée, j'ouvre quand même la porte de la niche et Ambrouille, craignant peut-être de se faire gronder (faut dire qu'en courant on a dû taper du pied...), ou bien, elle s'était vraiment fait mal et sûr, elle n'avait pas vraiment envie de retourner dans sa niche.
Mais aucun signe de blessure et elle se déplaçait correctement.

Dans l'après-midi, après la sieste donc, nous sommes allés profiter des derniers instants enneigés. Et Ambrouille n'a rien trouvé de mieux que de se déplacer sur les fossés gelés. Et plus on se rapprochait de la mare, plus je craignais que la glace ne cède car il y a encore des ragondins et ils entretiennent la mare.

Et non loin de la mare, j'entends un gros bruit, et ne voit plus Ambrouille, je cours alors que Christophe reste stoïque, et là je vois mon chien remonter du fossé, Christophe se marrer de m'être tant inquiétée, car c'était juste une grosse vautre.

Ah lala, si elle vit une quinzaine d'année, je crois que j'ai encore de belles frayeurs à venir, avec cette louloutte.

Publié dans Promenades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article