Une promenade qui tourne à la chasse, et qui nous a valu à nous une grosse frayeur...encore!

Publié le par Katia

Dimanche dernier, nous sommes allés nous promener au bois d'ouyat (désolée pour l'orthographe) à Cherves-Richemont (16).
Un petit coin fort sympa, par ses temps de grosses chaleurs, coin très boisés où l'on est toujours à l'ombre et avec plein de petits trous d'eau où l'on peut se baigner sans risque même avec enfants ou chiens.

Bref, le seul hic, c'est que la promenade est un peu courte.
enfin en temps normal, parce que si vous avez un terrier avec vous, rassurez-vous il va vous trouver de quoi rallonger la promenade.

Donc après avoir fait tout l'aller, nous nous arrêtons au bord de l'eau pour qu'Ambrouille se rafraîchisse. Cette dernière renifle au bord de l'eau, sur les cailloux, moi ne pouvant aller plus loin à cause d'arbres, je rebrousse chemin, et Ambrouille me suit sans ciller.
Au moment de remonter sur la "berge", elle renifle dans une buse (vous savez ces grosses canalisations en bétons que l'on voit souvent dans les fossés, pour pouvoir les traverser), bref celle-ci était d'un bon diamètre entre 40 et 50 cm je dirai. (en même temps j'ai pas le compas dans l'oeil)

Je la rappelle et on continue notre petit tour, Ambrouille s'étant rafraîchit, parcourait l'espace qui me séparait du reste de la famille à fond les ballons.
Et puis je rejoins le reste de la famille, on ne peut plus aller plus loin, on est tous obligés de faire demi-tour.
Ce à quoi Ambrouille part en éclaireuse comme d'habitude. Et peu de temps après, on l'entend aboyer férocement, dans un premier temps je me suis dit que c'était des gens qui venaient à notre rencontre, mais les aboiements étaient trop puissants, trop insistants pour que ce soit le cas, et là je me dis "Merde, la buse", alors je cours en évitant racine, branches, cailloux... Effectivement, les aboiements provenaient bien de l'intérieur de la buse, où l'on entendait les aboiements d'Ambrouille et les grondement d'un ragondin probablement, ce dernier reculait, si bien qu'Ambrouille était hors de portée, mais comment faire, elle ne pouvait continuer à chasser là-dedans, trop risqué si elle reste coincée on ne pourra creuser une buse, il faut absolument qu'elle sorte, elle est déjà éloignée de nombreux mètres entre 3 et 5 je dirai, on la suit bien la buse étant juste au dessous du sol. On l'appelle, encore et encore, et d'un coup il me semble l'entendre reculer, je demande donc aux autres de continuer à l'appeler pendant que j'essaie de l'attraper, en réalité elle a fiat demi-tour et me fait face, je l'attrape, vite fait bien fait, la félicite, malgré tout, mais je luis remets direct la laisse.

On continue notre petit tour, et on veut faire trempette, dans un petit cours d'eau, Ambrouille ayant un bon sens de l'orientation sait exactement par où elle doit aller pour retrouver la buse, alors pour détourner son attention, seul le jeu, peut encore aider.

Bref, elle s'est bien amusée, pour ça c'est sûr, la prochaine fois qu'on y retournera je sais où elle ira directement....

Publié dans Travail de chasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article