Je vous l'avais bien dit...

Publié le par Katia

Hier soir et cette nuit, ça a été un calvaire pour notre belette. Je le craignais et ça s'est réalisé.
Cette nuit j'ai vraiment eu l'impression d'être une très mauvaise maîtresse.
Mais pouvais-je faire autrement, devais-je faire autrement?

Je vous explique.
Hier, après les feuilletons je m'apprête à  aller me coucher, je sors donc Ambrouille, qui n'a pas attendu que je referme la porte pour aller direct dans sa niche, comme d'habitude.
Je la récompense, éteint sa lumière, ferme la porte. Puis je vais allumer la lumière de la cuisine, éteindre la télé, mais là j'entends un grand "Vlan!", je m'inquiète et me rue rapidement dans sa pièce. Et la mon petit chien me file entre les jambes, pour se réfugier sur le pouf de la cuisine, du coup je comprends, que je suis dans la merde et qu'elle ne va pas bien.

Je la rappelle et l'encourage à venir. Du coup je me dis tiens voilà une idée...je me décide à lui laisser ma doudoune de pyjama, je me dis qu'avec mon odeur cela devrait aller mieux.
J'installe donc ma doudoune au fond de sa niche et invite Ambrouille à y retourner, ses yeux exprimaient la terreur, elle me faisait bien de la peine. Mais j'insiste, la pousse au fond, et ferme la porte avec les deux taquets. Puis j'attends de voir si elle va s'endormir, mais rapidement elle se met à pleurer, et comme tout le monde dormait déjà, je suis rentrée dans sa pièce et l'ai grondée.
Ca me brisait le coeur, de devoir la gronder, alors qu'elle n'exprimait que de la peur, je suis infame, j'aurai bien sûr pu la mettre dans une autre pièce, mais depuis toujours elle dort là, et c'est tellement plus pratique pour tout le monde, que je ne veux pas que ça change, et puis je me dis que céder aujourd'hui, ça veut aussi dire devoir céder demain, alors en me crevant le coeur j'ai grondé, grondé fort...

Mais la peur est forte, et Ambrouille rapidement défonce à nouveau sa niche.
J'espère alors qu'en me mettant à côté d'elle, elle finira par s'endormir, comme quand elle était petite,et que mùa présence la rassurera.
Mais malgré ma présence, Ambrouille n'en était pas moins apeurée, et cherchait à sortir de sa niche.
Voyant alors que rien n'y ferait, je me dis qu'elle devra passer une nuit difficile voire blanche, mais qu'il va falloir qu'elle se rende compte par elle-même que cet incident n'était qu'un oncident et qu'il ne se reproduira pas, du coup j'enlève tout ce sur quoi elle pourrait vouloir se coucher (en dehors de sa niche bien sûr), et sors. Il ne lui aura fallu que quelques minutes de plus pour défoncer encore une fois sa petite niche. Pleurer à la porte dans l'espoir que quelqu'un lui ouvre et la sorte de cet enfer, elle se met à gratter la porte, mais je laisse faire et ne lui montre pas que je suis là.

Je laisse un mot à mon beau-père (toujours le premier levé, mais qui ne s'occupe pas d'Ambrouille , normalement), lui disant qu'Ambrouille serait certainement dehors et que dans ce cas il fallait me réveiller, car ce que je voulais c'est qu'elle ne sorte pas victorieuse (enfin avec gain de cause), et que je la remette dans sa niche jusqu'à  ce que j'ai décidé de l'en sortir.

Mais Christophe s'est levé dans la nuit, a vu le mot, et effectivment Ambrouille était libérée mais dormait dans sa niche...ouverte, mais ras bord, vraiment parce qu'elle ne pouvait dormir ailleurs.
Il l'a sorti pour qu'elle pisse, et l'a remis sans trop de difficulté dans sa niche où elle a dormi jusqu'au matin, en essayant de soudoyer mon beau-père pour qu'il l'a sorte au plus vite. Mais il n'a pas cédé non plus.

Quand je l'ai sortie ce matin, on sentait la libération, le soulagement, elle sautait partout, guillerette.

Je pense qu'aux prochaines vacances les premières nuit risquent de d'être difficiles mais il faut qu'elle se réhabitue et qu'elle reprenne confiance en elle, en cette pièce.

Pour ce qui est des orages on verra ça plus tard dans la saison et le coups de feu, on devrait le savoir beaucoup plus vite.

En tout cas pauvre belette, j'en étais malade de faire souffrir...

Publié dans Education

Commenter cet article